Encadrement

Alexei Lubimov, pianiste, dernier élève de Heinrich Neuhaus au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, y créa les œuvres de Cage et Riley, de Pärt, Denisov, Schnittke. Premier interprète sur pianos historiques en Union Soviétique et Directeur du département de musique ancienne au Conservatoire Tchaïkovski, il a enregistré les Préludes de Debussy, Cage « As it is » chez ECM, les dernières sonates op 109,110,111 chez Zig-Zag Territoires ainsi que les sonates Clair de lune, Waldstein et Tempête sur piano Erard 1802 de la Cité de la Musique de Paris chez Alpha.

Elizaveta Miller, pianiste, 1er prix du concours de pianoforte de Bruges 2013 après son diplôme « cum laude » du Conservatoire de Moscou auprès de Alexei Lubimov et Olga Marynova en 2009 et son master de la Yale School of Music en 2011 (Boris Berman et Hung-Kuan Chen) où elle a aussi étudié la musique liturgique. Elle a également un master de l’Université de Provence en littérature, les langues slaves. Elle assistera Alexei Lubimov.

Olivier Fourés, nommé à 18 ans danseur soliste de Roland Petit aux Ballets de Marseille, il a dansé pour Van Maneen, Béjart, Kylian, Ek, Forsyth… Docteur en musicologie, il collabore à l’Istituto Italiano Antonio Vivaldi et dirige l’édition omnia de l’œuvre instrumentale de Vivaldi aux éditions Ars Antiqua à Madrid. Il conseille de nombreux interprètes comme A. Beyer, G. Carmignola, D. Hope, V. Mullowa, C. Banchini… Il développe une réflexion pratique autour de la relation mouvement/son exprimée dans la musique, autour de l’improvisation, du concept interprétatif en général auprès d’institutions telles que le CNSMD Lyon, Université Showa Tokyo, Venetian musical baroque center, SLUB Dresden, Architanz Tokyo, etc.

Jeanne Roudet est Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne où elle est responsable du Master de recherche et pratique des musiques anciennes pour le fortepiano et membre de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus UMR 8223). Ses publications se concentrent sur l’esthétique musicale des XVIIIe et XIXe siècles et sur l’articulation entre les sources et l’interprétation. Elle est co-auteur avec Jean-Pierre Bartoli d’un livre paru chez Vrin en 2013 : L’Essor du romantisme : la Fantaisie libre pour clavier de Carl Philipp Emanuel Bach à Franz Liszt.

Destinataires

10 pianistes modernes ou sur instruments anciens

  • 2 pianofortes 5 octaves, copies Walter ou viennoise
  • 1 pianoforte 5 octaves anglais ca.1790-1800.
  • 1 Steinway moderne

Présentation

Cette formation se concentre sur la première période des sonates composées entre 1794 et 1802, de l’opus 2 à l’opus 31, une autre formation en 2016 étudiera les sonates plus tardives. Alexei Lubimov, porteur d’une forte tradition héritée de Heinrich Neuhaus au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, a su intégrer les questions contemporaines du choix des instruments historiques et l’expérience de la création contemporaine allant de Cage à ses contemporains russes dans son interprétation.

Olivier Fourés, musicologue intéressé par l’évolution des formes aux temps baroque et classique apportera son érudition et sa réflexion danse / musique pour analyser ces sonates. L’analyse rythmique des compositions de Beethoven, tant de leurs mouvements “rythmiques”, comme les scherzi, que ceux de natures plus abstraites, révèle une relation complexe, ambiguë et remarquablement développée, entre l’écriture musicale et la notion d’appui en général. La danse, voire le geste, même manipulés ou dénaturés, constituent inévitablement la base de cette relation.
L’étude de cette caractéristique fondamentale du style de Beethoven aidera non seulement à apprécier, et à revoir sous un angle inhabituel, le concept créatif général du musicien, à ouvrir des pistes dans le cadre d’atelier pratiques, quant à l’interprétation de ses compositions, mais permettra aussi de réfléchir sur la nature d’une Révolution. En effet, on présente souvent l’œuvre de Beethoven comme l’une des ruptures les plus radicales de l’Histoire de la musique. Sa propre identité, ainsi que l’influence incontournable qu’elle exerça sur l’ensemble de la création musicale postérieure, témoignent d’une originalité et d’une autorité conceptuelle exceptionnelle.
À l’aube d’une époque où la musique d’avant-garde s’éloignait radicalement, pour la première fois et pour presque un siècle, de la musique de ballet et de danse, il est intéressant de se demander quel fut le rôle de Beethoven dans cette distanciation. Est-il possible qu’un compositeur, dont l’une des symphonies sera considérée par Wagner comme “l’apothéose de la danse”, soit l’instigateur de ce phénomène remarquable? Quels auraient étés ses motifs?

Jeanne Roudet proposera une conférence sur la place de Beethoven dans l’essor du romantisme et une autre sur l’idée de fantaisie portée à un climax exceptionnel dans le cadre de l’opus 27.

L’accès à des pianos anciens et modernes permettra d’approfondir ces choix interprétatifs.

Méthode

  • Les cours sont dispensés sous forme d’ateliers en cours individuels puis collectifs.
  • Cours individuels avec Alexei Lubimov assistés de Elizaveta Miller
  • Ateliers interprétatifs sur l’analyse rythmique et les relations subtiles avec la danse par Olivier Fourés
  • 2 Conférences : l’une sur Beethoven en général, puis sur l’opus 27 et la fantaisie par Jeanne Roudet
  • lecture conseillée : Vrin en 2013 : L’Essor du romantisme : la Fantaisie libre pour clavier de Carl Philipp Emanuel Bach à Franz Liszt

Calendrier

Session
du mercredi 22 au dimanche 26 avril 2015
soit 5 jours de formation

Présentation publique
Fenêtre sur cour[s] le dimanche 26 avril à 17h

Ouvert 365j/an Visite tous les jours