Encadrement

Andreas Staier, clavecin, un des clavecinistes, piano-fortistes les plus marquants de la 2e génération baroque après Leonhardt. Ancien professeur à la Schola Cantorum de Bâle, il mène une carrière internationale et son enseignement ne se fait plus qu’au travers de master classes.

Peter Wollny, musicologue de BACH-Archiv Leipzig. Peter Wollny a étudié la musicologie, l’histoire de l’art et la littérature germanique à l’université de Cologne, puis à l’université d’Harvard (USA) où il obtient un doctorat sur Wilhelm Friedemann Bach en 1993. Depuis 1993, il travaille aux archives Bach de Leipzig où il encadre des recherches et des éditions de manuscrits et de livres rares. Il a édité plusieurs volumes de la Neue Bach-Ausgabe, et est l’éditeur principal des œuvres complètes de Carl Philipp Emanuel Bach.

Destinataires

10 claviéristes : niveau Master 1 et plus, cours en français, anglais, allemand

Présentation

L’exploration des mystères de l’harmonie entamée au XVIe siècle a beaucoup de points communs avec l’exploration du monde réel soutenue par les sciences naturelles et la pensée critique. De la même façon, les voyages dans les contrées tonales les plus éloignées ne furent possibles qu’après que les compositeurs eurent appris à regarder au-delà du système rigide des modes et des hexacordes et eurent commencé à prendre conscience des possibilités infinies offertes par la transposition et la modulation. Ces expériences harmoniques ont longtemps été considérées comme un art secret et il n’est pas surprenant qu’elles aient été réservées aux instruments à clavier, où les accords et leurs progressions pouvaient être abordés avec les dix doigts des deux mains et où le compositeur et l’interprète étaient souvent une seule et même personne. Mais, au départ, l’accordage prédéterminé et fixe du clavier limitait l’exploration de tonalités éloignées et des ajustements de l’ancien mode d’accordage pythagoricien furent nécessaires. Ces derniers donnèrent lieu aux formes les plus variées de tempérament mésotonique et irrégulier, pour aboutir enfin, au début du XIXe siècle, à l’avènement de la gamme tempérée.

Les deux volumes du cycle monumental de Jean-Sébastien Bach, Le clavier bien tempéré, ont toujours été considérés comme un repère majeur dans l’histoire du répertoire des claviers et dans l’utilisation de la totalité du spectre des tonalités. La première partie, contenant des préludes et fugues dans les 24 tonalités majeures et mineures fut achevée en 1722, la seconde, conçue de manière identique, vers 1739-1740. Bien que le Clavier bien tempéré soit souvent associé à l’utilisation de la gamme tempérée, différentes sources confirment qu’à l’instar de la plupart de ses contemporains, Bach privilégiait en réalité un certain pragmatisme qui permettait de jouer dans des tonalités éloignées tout en conservant les couleurs de chacune d’entre elles. La valeur artistique exceptionnelle du double cycle de Bach ne réside pas uniquement dans l’exhaustivité du traitement de ce système de tonalités, mais bien davantage dans l’idée d’allier la richesse des harmonies explorées à celle non moins considérable des styles musicaux et des techniques de composition.

Bach s’est inspiré de différents modèles – dont certains sont présentés dans ce programme.
L’un des premiers voyages à travers les tonalités est tiré de la fantaisie de John Bull Ut, ré, mi, fa, sol, la dont, grâce à la transposition, le sujet diatonique simple est conduit de manière strictement contrapunctique à travers un dédale harmonique. Une autre façon d’explorer le spectre des tonalités repose sur un style d’improvisation libre fréquemment utilisé au XVIIe siècle et appelé stylus phantasticus. Le Praeludium, Fuga & Postludium en sol mineur de Georg Böhm, transmis sous la forme d’une copie manuscrite provenant de l’entourage de Bach, en constitue un excellent exemple. Bach et ses contemporains allemands consacraient une grande partie de leurs efforts de composition à l’adaptation et la fusion des styles nationaux italien et français. Ainsi Bach étudiait-il les œuvres d’Antonio Vivaldi et François Couperin, qu’il tenait en haute estime. La combinaison d’éléments allemands, italiens et français finit par produire le style mixte à la fois extrêmement expressif et galant qui constitue le grand héritage légué par le compositeur à ses fils et à ses élèves.
Peter Wollny

Méthode

Andreas Staier donnera 5h de cours par jour qui seront dispensés sous forme d’ateliers en cours individuels puis collectifs. Un temps de travail personnel est proposé.
Deux conférences seront données par Peter Wollny
Une rencontre avec le facteur de clavecin Emile Jobin est proposée sur la question du tempérament.

Pièces à travailler parmi la liste suivante :
W. Byrd
: Ut-re-mi-fa-sol-la (MB XXVIII, No. 64)
John Bull : Ut-re-mi-fa-sol-la (MB XIV, No. 17)
J.P. Sweelinck : Fantasia Chromatica (Opera Omnia, Amsterdam 1974, Vol. 1, No. 1) ; Fantasia (Opera Omnia, Amsterdam 1974, Vol. 1, No.4) ; Hexachord Fantasia (Opera Omnia, Amsterdam 1974, Vol. 1, No. 5)
J.J. Froberger :
Du livre 1649 : Toccata 2 en ré, Fantasia 1 « sopra Ut, Re, Mi, Fa, Sol, La », Canzon 2
Du livre 1656 : Ricercar 1, Capriccio 2
Du livre 1658 : Capriccio 6
D. Buxtehude : Praeludium et Fugue en sol mineur, BuxWV 163
Georg Böhm : Praeludium, Fugue et Postludium en sol mineur
J.K.F. Fischer : Ariadne Musica (Breitkopf und Härtel Ed. No. 8407, Wiesbaden)
J.D. Heinichen, Georg Andreas Sorge, Johann Philipp Kirnberger : Three Musical Circles, ed. Rudolf Rasch, The Diapason Press, Utrecht 1983
J.S. Bach : Le Clavier bien tempéré, Vol. 1+2

N.B. : Le choix des pièces des autres compositeurs se porte sur : la modulation à travers le cycle des quintes, le chromatisme, la toccata, le style fantastique. Par conséquent, je recommande spécifiquement les préludes et fugues suivants :
Livre 1 : do# min , Mi bémol maj, mi bémol min, mi min, fa min, fa# min, Si bémol maj, si bémol min, si min
Livre 2 : do# min, ré min, Mi maj (cf. la fugue de Fischer en Mi maj !), Fa# maj, La bémol maj, Sol # min, La maj, la min, Si bémol min.)
J.S. Bach (?) : Kleines Harmonisches Labyrinth BWV 591

Calendrier

Session
du dimanche 22 au vendredi 27 juin 2014
soit 7 jours de formation

Présentation publique
Fenêtre sur cour[s] le vendredi 27 juin 2014 à 18h

Ouvert 365j/an Visite tous les jours