Festival, Musique

Publié le 01/09/2020

Académie Voix Nouvelles : place aux jeunes compositeurs !

Académie Voix Nouvelles : place aux jeunes compositeurs !

Jusqu'à quel âge est-on jeune ? 20 ans ? 30 ans ? 40 ? La question est trop subjective pour qu'un chiffre puisse clore le débat. Dans le cas des compositeurs, pourtant, la réponse vient plus vite : ce métier est aujourd’hui si difficile qu’on y est jeune jusqu’à 50 ans. Ce sont donc 10 « jeunes compositeurs » – le cadet ayant 22 ans, l’aîné 38 – qui travaillent actuellement à l’abbaye.


Les compositeurs, entourés par les interprètes et les encadrants

Du cadet à l’aîné, les 10 compositeurs dont les partitions seront dévoilées le 6 septembre

Le plus jeune est Manuel Hidalgo Navas (Espagne, 1998), qui a écrit pour une corniste Soliloquio … de un teatro fracasado (2020).

Plus âgé d’un an, Adrian Laugsch (Allemagne, 1997) a collaboré avec l’interprète Ryoko Aoki pour son FUNDUS3: fetisch j pour nô, flute, clarinette, cor, percussion, piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse.

A 27 ans, Kirsten Milenko (Australie, 1993) évoque dans We Are Strangers, pièce pour violon, alto, violoncelle, contrebasse et viole de gambe, les directions incohérentes que prennent nos conversations.

Tous trois de la même année, Elisabeth Angot (France, 1988), Sofia Avramidou (Grèce, 1988) et Michele Foresi (Italie, 1988) ont choisi pour leur composition des thématiques très différentes. La première revisite l’histoire de la musique, la seconde esquisse un paysage sonore et le troisième traite de la catastrophe environnementale en cours.

Alberto Carretero (Espagne, 1985) s’est quant à lui appuyé sur de très courts poèmes d’Antonio Machado, décédé à Collioure en 1939.

Claudia Jane Scroccaro (Italie et Etats-Unis, 1984) explore l'effet de la tension physique existant entre le corps du musicien et celui de son instrument.

Sérgio Rodrigo (Brésil, 1983) a écrit TOCAR, pour les deux instruments dont joue Eva Reiter, la viole de gambe et le paetzold, une flûte à bec carrée.

L’aîné, Didier Rotella (France, 1982) , mêle dans Anamorphose – b deux cris de détresse en une seule évocation poignante.

Soyez parmi les premiers à écouter ces nouvelles œuvres !

 

Programme, édito et informations pratiques

Partenaires publics institutionnels
Partenaires publics de projets
Mécènes - Piliers
Mécènes - Grands partenaires
Mécènes - Partenaires
Mécènes - Soutiens | Associés
Partenaires d'investissement
Donateurs particuliers
Médias