Myriam Gourfink, Kasper T. Toeplitz

The monster which never breathes

Pour danse et orgue (2010)

La Saison musicale, Danse, L'orgue
A Royaumont
sam 6 sept
2014
16:15
Myriam Gourfink, Kasper T. Toeplitz

CHORÉGRAPHIE

Myriam Gourfink, chorégraphie et danse
Kasper T. Toeplitz, conception, composition et informatique live
Eva Darracq-Antesberger, orgue Cavaillé-Coll
Zak Cammoun, régie son

 

The monster which never breathes
Pour danse et orgue (2010)

Tension entre le son d’un orgue travaillé en temps réel par un dispositif informatique, et une danse allégée au maximum par la structure énergétique du corps en jeu.
Cette pièce, créée pour l’orgue de Royaumont hybridé par un dispositif informatique en temps réel, ouvre une profondeur nouvelle dans le son comme dans le geste. Le public installé au sol voit évoluer la danseuse d’en-dessous, position qui donne accès à l’effort d’allègement tout en révélant les voûtes en ogives du Réfectoire de l’Abbaye.

Production Fondation Royaumont. Diffusion LOL

Durée : 50 min  - Tarif : Pass-journée
Détails tarifs, navettes, restauration : voir infos pratiques  


 

Ce spectacle s'inscrit dans le cadre de la journée Songes chorégraphiques à Royaumont

Une journée de danse et de flânerie à l’Abbaye de Royaumont pour goûter ses espaces singuliers dont le Programme Chorégraphique est heureux de profiter depuis 1995. Telle se présente la célébration dansée du cinquantenaire de la Fondation. Une occasion de visiter ou revisiter cet endroit magique guidé par les trois directeurs successifs du PRCC, Susan Buirge, Myriam Gourfink et Hervé Robbe, chacun venu offrir une pièce de danse ; mais aussi de découvrir un film documentaire sur la formation Transforme (2008-2012) réalisé par Emmanuelle Mougne et Mathieu Bouvier, et une performance mystérieuse œuvrée par deux artistes fidèles des lieux, Marianne Baillot et Charlotte Plasse. Du début d’après-midi, pour une séance cinéma, à la nuit tombée, pour questionner poétiquement le désir de se retirer du monde, le promeneur se laissera porter par ses envies : assister à une danse de vœux japonisante, contempler une danse sur une musique d’orgue hybridé, se perdre dans la truculence d’un mini opéra-comique et chorégraphique. À toutes et à tous, artistes et visiteurs, apparaîtra alors la singularité de ce site, où l’art et le public semblent disposés à bâtir des ponts entre l’ancien et le contemporain, l’écrit et l’improvisé, l’acquis et l’inconnu, le profane et le sacré, le recueillement et le mouvement.

LES AUTRES SPECTACLES DE LA JOURNÉE:

Extraits de The Monster which never breathes à Royaumont en 2010

Réfectoire des moines

Ce réfectoire à deux nefs est l’un des rares exemples de ce type encore visibles en France.

Le réfectoire communique avec les cuisines par un guichet où les moines venaient chercher les plats qui y étaient préparés. Depuis la chaire sur le mur Ouest, un moine lisait durant les repas des textes saints aux autres moines : de ce fait, cette salle est également un lieu de méditation et d'édification, qui justifie une architecture de grande qualité.

Sous la conduite de Pierre-André Lablaude, le réfectoire et les cuisines des moines ont été totalement restaurés : 10 000 carreaux à motifs et 30 000 carreaux unis, fabriqués selon les méthodes du XIIIe siècle, recouvrent le sol ; les vitraux et la chaire du lecteur, les voûtes et les murs, les façades et le pignon Sud ont été restaurés, toute la couverture a été révisée ; dans le réfectoire, l’orgue Cavaillé-Coll a été entièrement restauré et un buffet a été créé.  

en savoir plus

Partenaires publics institutionnels
Partenaires publics de projets
Mécènes - Piliers
Mécènes - Grands partenaires
Mécènes - Partenaires
Mécènes - Soutiens | Associés
Partenaires d'investissement
Donateurs particuliers
Médias