Partager

D’un cœur charmé

Le Consort, J. Roset, G. Blondeel, E. Fardini

Présentation

En bonne compagnie, le jeune ensemble baroque poursuit sa redécouverte de la « cantate française », le genre qui a enchanté le Siècle des Lumières

Le Consort* :
Théotime Langlois de Swarte
et Sophie de Bardonnèche violon baroque
Hanna Salzenstein violoncelle
Justin Taylor clavecin
Julie Roset dessus
Gwendoline Blondeel dessus
Edwin Fardini** basse-taille

* Ensemble en résidence (2020-2022)
** Lauréat de la Fondation Royaumont

PROGRAMME
Louis-Joseph Francoeur Circé
René Drouard de Bousset Le naufrage de Pharaon
Nicolas Bernier Jupiter et l’Europe
Louis-Antoine Travenol La fierté vaincue par l’amour

Au début de l’année 2019, Le Consort, alors tout jeune ensemble de musique baroque, a publié avec la mezzo-soprano Eva Zaïcik un disque dédié à la cantate française, Venez chère ombre. Le succès a été immédiat : critiques élogieuses dans Télérama ou Classica, « Diapason d’or de l’année » et tonnerre d’applaudissements au Festival de Royaumont.

L’entrée du quatuor en résidence à la Fondation et l’opportunité de bénéficier des ressources de la Bibliothèque musicale François-Lang (BmFL) lui a donné envie de prolonger l’aventure. Pour nourrir sa réflexion, le Consort bénéficie de l’accompagnement d’un collectif de chercheurs fondé en 2021 et spécifiquement dédié à l’étude de « La Cantate en France au XVIIIe siècle », conduit par la BmFL, le CMBV (Centre de musique baroque de Versailles) et l’IReMus (Institut de recherche en Musicologie). Son objet est de porter un regard renouvelé, à la croisée de la musicologie et de la réflexion interprétative, sur ce genre majeur du répertoire baroque français.

Le nouveau programme proposé par le Consort témoigne de ses apports. L’ensemble ramène en effet à la vie le Siècle des Lumières, au travers de compositeurs presque oubliés tels que Louis-Antoine Travenol (qui s’est maintes fois querellé avec Voltaire), Nicolas Bernier (qui a succédé à Marc-Antoine Charpentier comme maître de musique de la Sainte-Chapelle de Paris) ou Louis-Joseph Francoeur (qui a dû abandonner son poste de directeur de l’Opéra à la Révolution). Tous ont signé de fascinantes cantates françaises pour une, deux ou trois voix. Le Consort a justement invité à monter sur scène à ses côtés la très jeune Julie Roset, à la voix de cristal, la Belge Gwendoline Blondeel, entendue récemment à l’Opéra de Dijon sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon, et un lauréat de la Fondation, Edwin Fardini, dont l’interprétation des Kindertotenlieder de Mahler avait marqué le Festival de 2018. Les lumières peuvent s’allumer…

Durée 1h40. Tarif A

Biographies des artistes

Le Consort
Le Consort, ensemble de musique de chambre unique en son genre, réunit quatre jeunes musiciens qui interprètent avec enthousiasme, sincérité et modernité le répertoire de la sonate en trio. De Corelli à Vivaldi, de Purcell à Couperin, le dialogue entre les deux violons et la basse continue déploie une richesse de contrastes entre vocalité, sensualité et virtuosité. Le Consort s’empare de ce genre, quintessence de la musique de chambre baroque, et l’interprète avec un langage personnel, dynamique et coloré.
Le Consort est en résidence à la Fondation Royaumont (2020-2022) ainsi qu’à la Banque de France et à la Fondation Singer-Polignac.

Julie Roset
Julie Roset, soprano colorature, débute à la Maîtrise de l’Opéra d’Avignon et obtient son diplôme d’études musicales dans la classe de Valérie Marestin (2016). Elle remporte trois prix au Concours Jeunes Espoirs de l’Opéra d’Avignon 2016, trois prix au Concours Corneille 2019. Elle chante avec l’Ensemble Pygmalion (R. Pichon) au concert de clôture du Festival d’Aix-en-Provence, et intègre la Juilliard School (classe d’Edith Wiens) en 2020. En 2021, elle chantera le rôle-titre d’Acis et Galatée (Haendel) avec W. Christie, se produira au Festival d’Aix-en-Provence (Il Combatimento) et débutera en Amour et Valetto (L’Incoronazione di Poppea) en 2022.

Edwin Fardini
Révélation Classique de l’Adami 2019 et lauréat du CNSMD de Paris où il a étudié dans la classe de chant d’Élène Golgevit, le jeune baryton Edwin Fardini se voit rapidement proposer des engagements comme soliste auprès d’orchestres et institutions prestigieuses.
Au cours de sa formation, notamment dans le cadre des ateliers de formation de Royaumont, il a eu l’opportunité de travailler le répertoire de mélodie française, du lied et de l’oratorio auprès des pianistes Anne Le Bozec et Susan Manoff, ainsi que du baryton Stephan Genz et de la mezzo-soprano Janina Baechle ; il a par ailleurs participé aux masterclasses de Thomas Quasthoff, Bernarda Fink et Regina Werner.
En 2016, il est lauréat de la Fondation Royaumont qui l’accompagne dans une résidence incubateur autour de Gustav Mahler et remporte en 2021 la troisième édition du Concours des Voix d’Outre-mer.

Gwendoline Blondeel
Gwendoline Blondeel découvre la musique classique au chœur de jeunes du Théâtre de la Monnaie. À l’IMEP, elle travaille avec Elise Gäbele et Benoit Giaux, obtient son diplôme en chant lyrique (2019), et gagne le premier prix du Concours de chant baroque de Froville. Elle enregistre son premier disque soliste Colonna : O splendida dies en 2019. Gwendoline Blondeel se produit à la Monnaie et au KVS, aux opéras de Wallonie, de Lorraine, de Dijon, à la Chapelle Royale de Versailles, aux festivals d’Ambronay, Namur et Beaune, sous la direction de L. García Alarcón, W. Christie, Y. Molénat, B.Attahir, B. Akiki, K. Ono.

Écouter / voir

Le lieu

Réfectoire des moines samedi 2 octobre 2021 à 20:45

Toutes les dates

À venir

Infos pratiques / Billetterie

En ligne :
Réserver

Par téléphone :
01 30 35 58 00

Réservations exclusivement sur Internet.
La billetterie est à votre disposition par téléphone si vous rencontrez des difficultés avec les réservations en ligne :
le mardi de 15h à 19h
le vendredi de 9h à 12h

Tous les week-ends, profitez des navettes gratuites au départ de la gare de Luzarches.

Assurant la liaison avec la gare de Luzarches (ligne H), les navettes permettent de rejoindre l’abbaye en 8 minutes, soit moins d’une heure de trajet depuis la gare du Nord.

La réservation des navettes se fait exclusivement sur internet :
réserver un allerréserver un retour

  • Vous pouvez réserver jusqu’au jour de votre venue à 9h, sous réserve de disponibilité.
  • Le nombre de places étant limité, la réservation est recommandée.
  • Le port du masque est obligatoire.

Installée en galerie Nord, une des plus belles salles voûtées de l’abbaye, la Table de Royaumont s’inscrit dans la tradition culinaire française, dans un esprit d’ouverture, de créativité et de saisonnalité.
réserver un repas le samedi soir

Action financée par la Région Ile-de-France dans le cadre du Fonds régional pour les talents émergents (FoRTE).
Le Consort est en résidence à la Fondation Royaumont (2020-2022).
En partenariat avec le Château de Parentignat en Auvergne, le festival de la Chaise-Dieu, le Centre de Musique Baroque de Versailles.
La résidence de l’ensemble Le Consort à Royaumont est soutenue par le Comité Henry Goüin.
Le Comité Henry Goüin apporte depuis 28 ans un mécénat collectif à la Fondation Royaumont. En 2020, il poursuit son engagement historique en faveur des ateliers d’éveil à la culture pour les enfants, accompagne le développement des activités de la Bibliothèque musicale François-Lang, soutient la résidence de l’ensemble le Consort et participe à la diffusion des projets artistiques de Royaumont sur le territoire.
Le Consort est également en résidence à la Fondation Singer-Polignac et à la Banque de France.
Le Consort est soutenu par le Mécénat Musical Société Générale.

Ouvert 365j/an Visite tous les jours