Bâtiment des convers



Bien qu’ayant connu de nombreux réaménagements aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est l’un des mieux préservés parmi tous les bâtiments médiévaux encore en élévation. Encore à usage privé – à l’exception du Grand comble et de l’ancien réfectoire des frères convers – il ne se visite pas. Mais il est tout de même possible d’observer sa façade Est au travers des arcades ouvertes dans la galerie Ouest du cloître dans le premier quart du XXe siècle, par la famille Goüin qui en était alors propriétaire.

Les frères convers étaient des religieux laïcs et vivaient à l’écart des moines pour lesquels ils assuraient l’essentiel des tâches matérielles. Ce bâtiment qui leur était dévolu, situé à l’Ouest de l’abbaye, faisait à la fois écran et lien entre les moines astreints à la clôture et le monde extérieur.

Le rez-de-chaussée se composait initialement d’un cellier voûté et excavé, où étaient conservées les denrées alimentaires, d’un passage transversal qui reliait la cour d’entrée de l’abbaye à la ruelle des convers, puis d’un réfectoire voûté. Longeant le bâtiment, la ruelle permettait aux frères convers d’accéder à la cuisine et au bas-côté Sud de l’église tout en les isolant symboliquement des moines de chœur. A l’étage, un dortoir charpenté, suivi d’un parloir voûté puis d’une salle charpentée côté Sud, dont la fonction reste incertaine, mais pourvue de latrines.

La fonction de convers disparut à la fin du Moyen Âge et, au cours du XVIIe siècle, le bâtiment fut réaménagé en appartements pour les abbés commendataires et leurs hôtes. L’ancien cellier entresolé devint un vaste salon, tandis que l’étage fut distribué en galerie, chambres et antichambres, auxquelles on accédait par un nouvel escalier monumental.

Lors de la reconversion de l’abbaye en usine textile, il conserva essentiellement cet usage résidentiel et fut affecté au logement des manufacturiers et d’une partie de leurs employés. Il fut, en conséquence, moins dégradé que les autres. A partir de 1869, il servit également au logement des Mères et des Sœurs de la Sainte-Famille de Bordeaux qui l’adaptèrent à leurs besoins sans en modifier notablement le plan. Il est aujourd’hui habité par les descendants d’Henry et Isabel Goüin.

 

Partenaires publics institutionnels
Partenaires publics de projets
Mécènes - Piliers
Mécènes - Grands partenaires
Mécènes - Partenaires
Mécènes - Soutiens | Associés
Partenaires d'investissement
Donateurs particuliers
Médias