Programme des musiques transculturelles

Pôle Création musicale 2020

Le Programme Musiques Transculturelles a été créé par la Fondation Royaumont en 2000 (à l’origine nommé « Musiques orales et improvisées »). En 2019, le projet culturel de la Fondation a évolué.

Royaumont entend désormais associer la musique contemporaine et la création née de rencontres transculturelles. Ce nouveau pôle veut défendre la création musicale dans son ensemble, et en particulier agir sur le dialogue entre les répertoires et les pratiques musicales. Il veut faciliter et stimuler la rencontre entre créateurs, issus d'univers esthétiques ou de pratiques a priori éloignés : musiques écrites ou savantes ; contemporaines ; musiques orales ; musiques improvisées.

Doté de moyens renforcés, le pôle continuera de soutenir de la même manière les disciplines présentes jusqu'ici : musiques contemporaines, traditionnelles, improvisées, et bien d'autres, défendues jusqu’alors par les programmes Voix Nouvelles et Musiques Transculturelles : il s'agit bien d'enrichir la création par de nouvelles démarches, et non de privilégier une expression au détriment des autres.

Royaumont offre un cadre parfait pour ce type de travail, qui exige respect de la différence, capacité de remise en question, curiosité réciproque et profondeur de l'échange.


Pour mémoire : les formations du Programme Musiques Transculturelles

Le Programme Musiques Transculturelles a été créé par la Fondation Royaumont en 2000 (à l’origine nommé « Musiques orales et improvisées »).
Il conçoit et met en œuvre des créations qui croisent des cultures et des langages musicaux que la mondialisation amène à s’interconnecter, sans hiérarchie entre ces cultures, et sans placer l’écriture, l’oralité ni l’improvisation en situation de supériorité a priori.

Citons, parmi les créations nées à Royaumont entre 2014 et 2007 : Beyond Black (Nicole Mitchell et Ballaké Sissoko), Oración (Ahmed Essyad, Amir El Saffar, Fawaz Baker), Alefba, Aka Balkan Moon (Fabrizio Cassol), Du Slam à l’Atlas (Andy Emler), Sleep Song (Mike Ladd), A quel dieu parles-tu ? (Dgiz, Capitaine Slam / Valère Novarina), Du griot au slameur (Ballaké Sissoko, Lassy King, Médéric Collignon, Andy Emler), Le Banquet polyphonique géorgien (Alexandros Markeas / Ensemble Anchiskhati)…

La recherche d’un langage neuf issu des interconnexions entre cultures est le propre de ces créations transculturelles. La recherche est aussi l’attitude clef de la formation à la démarche transculturelle : chaque création étant un objet artistique neuf et singulier, on n’enseigne pas de « répertoire » ; les stagiaires cherchent ensemble avec le musicien qui dirige l’atelier. Fabrizio Cassol, L. Subramaniam, Joëlle Léandre, Andy Emler, ont ainsi formé par la recherche à la création de pièces croisant des structures musicales de différentes cultures.


Ateliers 2017

Comme la mondialisation des musiques conduit à de stimulantes interconnexions, encore inconcevables il y a quelques années, le Programme Musiques Transculturelles propose d’exercer à ces connexions l’imagination créatrice. Les stagiaires participent donc à Royaumont à des ateliers, conduits par des personnalités musicales reconnues pour leur capacité à créer des mondes nouveaux issus du croisement des cultures.

Imaginer avec Magic Malik, III
Dates : du 17 au 22 juillet 2017
Destinataires : 10 compositeurs et/ou improvisateurs, musiciens ou chanteurs
Encadrement : Magic Malik direction musicale, flûte, Hilaire Penda basse, William Ombé percussions

en savoir +

 


Partenaires publics institutionnels
Partenaires publics de projets
Mécènes - Piliers
Mécènes - Grands partenaires
Mécènes - Partenaires
Mécènes - Soutiens | Associés
Partenaires d'investissement
Donateurs particuliers
Médias