Partager

Praxis #2 : du danseur-interprète au co-créateur

Les lauréats autour de Jean-Christophe Paré, Romain Panassié...

Fenêtre sur cour[s]

Réserver
+Voir d'autres dates

Présentation

Les Fenêtres sur cour[s] sont programmées pour vous faire découvrir le travail en cours des artistes en résidence ou des lauréats dans le cadre de la formation professionnelle.

Les lauréats autour de Jean-Christophe Paré, Romain Panassié, Massimo Fusco, Caroline Boussard, Marc Lorimer, Shlomi Tuizer.

L’instrument du danseur, son corps, est une singularité. Il est le véhicule de l’être au monde, ce qui l’accompagne dans l’ébauche du mouvement de son existence. Le mouvement dansé se fait jour à travers l’épaisseur de l’être.

La première mission de l’interprète est de faire acte artistique en mettant toute la singularité de son talent et de son imaginaire à l’endroit des œuvres chorégraphiques, là où s’écrit la présence. Cet acte dépasse les questions d’acquis techniques et de champ esthétique dont il se revendique. La puissance de son incarnation à l’œuvre est le résultat d’un temps et d’un travail à réinventer dans une fluctuation entre compétences maitrisées et en devenir. Le danseur est en apprentissage constant. Il invente par ses choix et ses aspirations, son parcours professionnel et artistique. Les territoires imaginaires et politiques où il s’exprime induisent, profondément, le goût du risque et de l’aventure.

Le face à face danseur-chorégraphe se déploie aujourd’hui sous de multiples modalités d’écriture. Les collaborations actuelles donnent à voir de nombreuses formes de co-production des matériaux et du sens des œuvres ainsi créées. Chacun interprétant le monde imaginaire de l’autre, s’interprète lui-même et interprète son monde. La virtuosité du danseur – première vertu consistant à assumer toute la complexité de son geste – trouve ses fondements dans une connaissance de son art et l’acquisition d’une maîtrise technique du geste dans lesquelles il doit exceller. Le propre de cette virtuosité, c’est aussi et surtout l’adaptabilité, la capacité à se déplacer dans les points de vue et représentations, la curiosité et le désir d’incorporer des langages gestuels inattendus, la disponibilité à comprendre les grammaires chorégraphiques et les enjeux esthétiques artistiques et culturels des pièces que le danseur interprète.

Le temps du travail de danseur s’organise au travers de multiples modalités relationnelles et collaboratives. Tout autant lorsqu’il aborde une pièce de répertoire que lorsqu’il participe activement au processus d’élaboration d’une nouvelle création. Les processus actuels d’écriture chorégraphique font aujourd’hui du danseur un co-créateur.

Gratuit

Encadrement er formateurs

Jean-Christophe Paré

À 18 ans il intègre le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et suit parallèlement les cours de Serge Golovine et Raymond Franchetti. Il entre au Ballet de l’Opéra national de Paris en 1976 où il est nommé premier danseur en 1984. Membre du GRCOP de 1981 à 1988, sous la direction de Jacques Garnier, il danse des œuvres de D. Bagouet, C. Carlson, L. Childs, M. Cunningham ou R. Chopinot, et commence à s’intéresser à la danse baroque auprès de Francine Lancelot. Son interprétation est particulièrement remarquée dans le rôle du Sommeil d’Atys (W. Christie, JM Villégier et F. Lancelot, Théâtre national de l’Opéra-Comique, 1987). En 1991, il démissionne de l’Opéra de Paris et rejoint des compagnies de danse contemporaine dirigées par J. Guizerix et W. Piollet, D. Larrieu, F. Raffinot, F. Verret ou A. Degroat. Prix d’interprétation au Concours de Bagnolet 1978, il devient inspecteur de la danse au Ministère de la culture en 2000, puis prend la direction de l’Ecole supérieure de danse de Marseille en 2007. En mars 2014, il est nommé à la direction des études chorégraphiques du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris qu’il quitte en juin 2018.

Romain Panassié

Danseur, notateur du mouvement (Benesh Choreologist), et pédagogue spécialiste en AFCMD. Formé au CNSMDP en danse contemporaine et en écriture Benesh, il danse pour différents chorégraphes (Maryse Delente, Marc Vincent, Jean Guizerix, Nathalie Adam…) et mène des projets de transmission de répertoire auprès de publics variés. Membre du conseil artistique des Carnets Bagouet, il s’intéresse au répertoire de la compagnie Trisha Brown, ainsi qu’aux danses anciennes (renaissance, baroque) et traditionnelles (compagnie Maître Guillaume). En 2018, il publie en collaboration avec Sophie Rousseau et Martine Truong Tan Trung Temps, Rythme et Mouvement – des outils pour la transmission en danse et en musique (éd. Delatour). Actuellement, il danse dans la compagnie Fêtes Galantes (Béatrice Massin), enseigne l’écriture Benesh au CNSMDP, l’analyse du mouvement (universités de Lille et Paris 8, RIDC…) et donne régulièrement des cours et ateliers en danse contemporaine.

Massimo Fusco

Il s’est formé à la danse contemporaine au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où il suit des cours de danse contemporaine, d’improvisation, de composition, d’anatomie, de musique et d’histoire de la danse. Il est interprète pour les projets de Jean-Claude Gallotta au Centre Chorégraphique National de Grenoble, Annabelle Bonnery & Francois Deneulin, Hervé Robbe au Centre Chorégraphique National du Havre, Sarah Crépin & Etienne Cuppens, Joanne Leighton au Centre Chorégraphique National de Belfort, Clédat & Petitpierre, et Alban Richard au Centre Chorégraphique National de Caen.  Actuellement engagé dans la tournée nationale et internationale de D’après une histoire vraie de Christian Rizzo, CARE de Mélanie Perrier et Crowd de Gisèle Vienne, il participera prochainement à la création de Noces et interprètera le solo Boléro de Dominique Brun. Il s’intéresse également à la performance en art et obtient le diplôme universitaire art, danse et performance à l’université de Besançon. La transversalité qu’offre ce domaine artistique lui permet d’y voir un champ d’action possible. Il creuse alors son rapport à l’écriture et à la composition en se servant de l’improvisation comme moteur à la créativité. Récemment certifié praticien en massage Tui Na, il entreprend de mettre en relation les pratiques artistiques et les méthodes somatiques dans une installation sonore immersive : Corps Sonores.

Caroline Boussard

Elle est née à Laval en 1977. Après des études au Conservatoire national supérieur de Paris, elle intègre la compagnie Batsheva et sera interprète pour Ohad Naharin pendant 10 ans, ainsi que répétitrice pour une année. Au sein de la compagnie, elle travaille également avec les chorégraphes Yasmin Goder, Yossi Berg, Sharon Eyal et Mats Ek. Sur l’année 2009, elle assiste Ohad Naharin pour remonter ses pièces dans différentes compagnies à travers le monde et devient également enseignante certifiée Gaga. Parallèlement à son parcours artistique, elle étudie la méthode de thérapie d’Ilan Lev. Elle collabore de 2010 à 2016 aux projets de la troupe Maria Kong, Tel Aviv. Mille et une danses (pour 2021) sera sa première collaboration avec Thomas Lebrun.

Marc Lorimer

Diplômé de la London Contemporary Dance School en 1991, Mark Lorimer est danseur, chorégraphe, professeur et répétiteur. En tant qu’interprète, il a principalement travaillé avec Anne Teresa De Keersmaeker (de 1994 à aujourd’hui) et Thomas Hauert (1997-2005). Il travaille en parallèle avec Deborah Hay, Alix Eynaudi, Boris Charmatz, Marten Spangberg, Alain Buffard, Jonathan Burrows, Mia Lawrence… En tant que chorégraphe, Canon and on and on… (2021) est sa prochaine création pour La Bâtie, Genève. En tant que répétiteur, il travaille sur plusieurs créations de Rosas, la compagnie d’Anne Teresa De Keersmaker, dont Rain et Vortex Temporum, ainsi que sur un projet de retranscription de Zeitung. Il enseigne notamment à P.A.R.T.S et à la Manufacture de Lausanne. En 2015, il est l’un des membres du collectif de dix artistes qui dirigent le programme danceWEB dans le cadre du festival Impulsanz à Vienne.

Shlomi Tuizer

Il débute sa carrière à la Batsheva Dance Company où il interprète, notamment, les pièces d’Ohad Naharin, William Forsythe, Angelin Preljocaj, Jiri Kylian, Russel Maliphant. Par la suite, il collabore avec plusieurs chorégraphes en France et à l’étranger, parmi lesquels Hervé Robbe, Joanne Leighton, Lionel Hoche, Wally Cardona et Fabrice Lambert. En 2005, il fonde avec Edmond Russo la compagnie Affari Esteri. En France, ses pièces sont présentées dans de nombreux théâtres et festivals, notamment le Théâtre National de Chaillot, le Centre National de la Danse, les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, Festival Faits d’Hiver…  A l’étranger, ses pièces ont été présentées en Belgique, Italie, Israël, Irlande, États-Unis, Japon, Brésil… Parallèlement il approfondi une démarche chorégraphique à la lisière de la création artistique et d’un engagement pédagogique, développant son expérience de la transmission dans de nombreuses structures. Récemment, il a créé Holy, un solo dont il est aussi l’interprète, et Insomnie, trio en collaboration avec l’auteur Bertrand Schefer pour le Festival Concordan(s)e 2020.  Racconti, sa nouvelle création pour six interprètes, sera créée en mars 2021 dans le cadre de la Biennale du Val de Marne.

Le lieu

Grand comble vendredi 22 octobre 2021 à 18:00

Toutes les dates

Vendredi 22 octobre 2021

Infos pratiques / Billetterie

En ligne :
Réserver

L’entrée aux Fenêtres sur cour[s] est libre.
Le nombre de place étant limité, la réservation est recommandée
La billetterie est ouverte une heure avant le début de la représentation.

Par téléphone :
01 30 35 58 00

Réservations exclusivement sur Internet.
La billetterie est à votre disposition par téléphone si vous rencontrez des difficultés avec les réservations en ligne : les lundis, mardis, jeudis et vendredis.

Ouvert 365j/an Visite tous les jours