Colloque l'éloquence romantique au piano


Dans le cadre du week-end des samedi 8 et dimanche 9 octobre

L’éloquence romantique au piano : Vienne et Paris autour de Beethoven et Chopin

Colloque international, Ateliers d’interprétation et concerts
En 1800, l’esthétique sonore et musicale de l’instrument à cordes frappées qu’allait devenir le piano, était en pleine expérimentation… Les sonates avec accompagnement de violon furent une source d’exploration des timbres et des formes pour Beethoven et tant d’autres tandis que la vocalité du bel canto incarnait une plasticité sonore et une démarche compositionnelle recherchées par Chopin…
Ce week-end s’attachera à nous faire revivre cet esprit "pionnier"…

Présentation | Communications publiques | Réservations | En savoir plus | Sur le site de la Philharmonie


Du vendredi 7 au mardi 11 octobre

Colloque international

Eloquence romantique au piano : Vienne et Paris autour de Beethoven et Chopin

Ce colloque réunit pianistes et musicologues venant d’Europe, de Russie et d’Amérique pour vivre ce que fut l’aventure extraordinaire de l’essor du piano et poser les bases d’une relecture du mouvement romantique. Les communications scientifiques du colloque, les temps de médiation et les concerts nous invitent à explorer timbres et formes, à écouter le piano dans sa plasticité vocale…


Comité scientifique
Jeanne Roudet IReMUS/ Université Paris-Sorbonne
Keith Chapin Cardiff University
Tom Beghin McGill University/Orpheus Instituut
Thomas Vernet Bibliothèque musicale François-Lang

En partenariat avec la Philharmonie – Musée de la Musique de Paris, L’IReMUS et l’Orpheus Instituut (Gand) et la Médiathèque Musicale Mahler


Beaucoup a été pensé et écrit sur les origines du romantisme littéraire et politique et sur sa diffusion à travers l’Europe mais le rôle d’avant-garde des musiciens comme expérimentateurs de nouvelles formes d’éloquence et d’expression a été peu exploré.

Ce colloque international, ces ateliers de formation et concerts examinent les moyens de la production de l’expression, en se concentrant sur les interactions -fruit d’un dialogue constant à l’époque -, entre les compositeurs, les interprètes, les instruments et leurs facteurs.
Autour de Beethoven et Chopin, l’ensemble de ces événements cherche à proposer un instantané de l’éloquence pianistique à Vienne et Paris, pour faire émerger identités et affinités culturelles entre ces deux grandes capitales européennes. Chaque jour comprendra une réflexion académique, des ateliers de formation et des concerts.

Les réflexions académiques évoqueront le monde de l’éloquence et de l’expression au XIXe siècle et présenteront, pour les mettre en résonance, les thématiques très contrastées de l’esthétique, la facture instrumentale, l’interprétation inspirée et la transmission des savoirs.
Les ateliers de formation permettront à de jeunes talents de pénétrer dans ce macrocosme intellectuel et artistique avec la réalité "sensible" des instruments de l’époque : Walter, Broadwood, Streicher, Erard et Pleyel.
Les concerts offriront des images sonores variées de cette époque foisonnante.

Jeanne Roudet, Keith Chapin, Tom Beghin, Thomas Vernet

 

Rappelons-nous qu’en 1800, l’esthétique sonore et musicale de l’instrument à cordes frappées qu’allait devenir le piano était en pleine expérimentation… Les sonates avec accompagnement de violon furent une source d’exploration des timbres et des formes pour Beethoven, Schubert et tant d’autres tandis que la vocalité du bel canto incarnait une plasticité sonore et une démarche compositionnelle recherchées par Chopin…

Voici six ans que la Fondation Royaumont soutient la pratique du piano sur instruments historiques au travers d’ateliers de formation professionnelle, de concerts, de séminaires de recherche à la Bibliothèque musicale François-Lang et depuis peu à la Médiathèque Musicale Mahler (Fonds Cortot). Le rayonnement international de ces rencontres aboutit naturellement au désir de réunir à Royaumont une communauté exceptionnelle de musicologues et de pianistes attachés à des institutions prestigieuses américaines et européennes pour poser les bases d’une relecture du mouvement romantique incarné par Beethoven et Chopin.

Si la musique baroque a pu trouver ses pionniers voici 40 ans, la musique romantique et en particulier le répertoire central du piano est encore à redécouvrir. Nous avons invité deux figures pionnières de ces relectures du répertoire romantique : le pianiste américain Malcolm Bilson et le pianiste russe Alexei Lubimov, entourés des nouvelles générations incarnées par Edoardo Torbianelli, (Schola Cantorum Bâle), pianiste en résidence associé à la musicologue Jeanne Roudet (Université Paris-Sorbonne), et par Tom Beghin (McGill University/ Orpheus Instituut de Gand) ainsi que leurs jeunes disciples Ludovic Van Hellemont, Liza Miller…
Ce week-end est pensé pour permettre à un public mélomane d’accéder aux communications scientifiques du colloque, à des temps de médiation musicologique au travers de Préludes à l’après-midi et de médiation autour de l’interprétation musicale sous la forme d’Ateliers d’interprétation.

Les quatre concerts chercheront à nous faire partager cet esprit de "pionnier"…

Sylvie Brély, déléguée générale aux programmes artistiques et directrice artistique du programme claviers et Thomas Vernet, responsable de la BMFL et MMM

 

Communications publiques 
Vendredi 7 octobre : 14h30 – 16h30 
Samedi 8 et dimanche 9 octobre : 10h – 11h30 
Lundi 10 octobre : 10h – 17h à la Philharmonie de Paris
Mardi 11 octobre : 10h – 17h 

Entrée libre sur réservation   réservez

Plus d'informations sur la journée de colloque du 10 octobre, qui se déroule à la Philharmonie de Paris


Dans le cadre du week-end L'éloquence romantique au piano : Vienne et Paris autour de Beethoven et Chopin

 

En savoir plus

Tom Beghin est un interprète et un chercheur très actif internationalement. Avec le spécialiste de la période classique Sander Goldberg, il a co-édité Haydn and the Performance of Rhetoric, lauréat 2009 du Ruth Solie Award. Sa monographie The Virtual Haydn: Paradox of a Twenty-First-Century Keyboardist (University of Chicago Press, 2015) accompagne son intégrale des pièces solos de Haydn (Naxos 2009/11). Diplômé du programme doctoral HIP (Interprétation historiquement informée) de l’Université Cornell, il a d’abord enseigné à UCLA et depuis 2013 Tom Beghin est Professeur associé à l’Université McGill (Montréal). Actuellement détaché de McGill, il dirige un groupe de recherche Déclassifier les classiques à l’Institut Orpheus de Gand (Belgique).

Chris Maene est un facteur d’instrument internationalement reconnu. Ces centres d’intérêt se portent sur les clavecins et les pianos historiques et l’organisation de concerts à son atelier à Ruiselede, Belgique. Il a construit plusieurs instruments exceptionnels : une copie du Steinway N°1 "piano de cuisine 1836", une copie d’un Grand Piano de concert Pleyel 1843, une copie du Broadwood 1817 de Beethoven… En 2015, il a conçu et fabriqué le grand piano de concert à cordes parallèles "Maene-Barenboim" qui lui a valu une reconnaissance internationale des critiques et des musiciens. Mr Maene est chercheur associé à l’Institut Orpheus où il est force de propositions dans le projet de recherche Beethoven et ses pianos étrangers.

Né à Brême, Tilman Skowroneck a étudié le clavecin avec Bob van Asperen, Anneke Uittenbosch, Ton Koopman, et Gustav Leonhardt ; le pianoforte avec Malcolm Bilson. Entre 1991 et 2006, il a été le claveciniste et pianofortiste de l’ensemble baroque suédois Corona Artis. Avec cet ensemble, il s’est produit dans de nombreux concerts et enregistrements. Aujourd’hui, Tilman travaille comme musicien indépendant, chercheur et traducteur. Son livre Beethoven the Pianist a été édité par le Cambridge University Press en 2010. Un second livre sur la facture viennoise de pianos au début du XIXe siècle est en préparation.

Eleanor Smith est docteur de l’Université d’Edinbourg en 2013 pour sa thèse L’histoire et l’usage du Clavi-orgue. Elle travaille maintenant à l’Institut Orpheus de Gand dans le groupe de recherche Déclassifier les classiques au sujet des pianos étrangers de Beethoven et en particulier le piano Erard 1803 qui fut modifié significativement une année après sa réception. Sa recherche entend placer cet instrument dans le contexte contemporain de la facture de piano à travers l’examen systématique des pianos historiques ayant survécus afin de définir pourquoi Beethoven voulait un instrument français et en quoi ce piano a rendu Beethoven insatisfait.

haut de page

Partenaires publics institutionnels
Ministère de la culture et de la communication Région Ile de France Val d'Oise Carnelle Pays-de-France
Partenaires publics de projets
Asnières sur Oise Luzarches
Mécènes - Piliers | Grands partenaires de projet
Comité Henry Goüin - mécénat collectif Fondation Daniel et Nina Carasso Fondation Vareille
Mécènes - Grands partenaires
Aéroports d Paris Caisse d'épargne Ile de France Groupe Caisse des Dépôts Fondation d'entreprises GDF SUEZ Schindler
Fondation Orange SACEM SCAPNOR, Mouvement E. Leclerc Fondation Arthur Honegger Fondation Hermès
Mécènes - Soutiens | Associés
Partenaires d'investissement
CIC Nord Ouest Fondation Louis Bonduelle Fondation de France Fondation Yves Rocher French American Cultural Society Champagne Construction Rénovation
Fondation Georges Truffaut Crédit Agricole Ile de France Mécénat Fondation Crédit Agricole Pays de France UPS
Donateurs particuliers
Les Amis de Royaumont Le Cercle Saint-Louis
Médias
France Musique Télérama La Croix ConcertClassic.com Classic Agenda
Ballroom La Terasse Paris Mômes FNAC