C’est sans doute à l’heureuse combinaison d’un lieu d’une beauté exceptionnelle, d’une structure juridique souple et indépendante et d’une ambition culturelle sans concession, que tient ce que certains appellent le « miracle » de Royaumont.

Aldo Cardoso
Président

Francis Maréchal
Directeur général


La genèse d’un centre culturel de rencontreLe modèle économiqueLe conseil d’administrationLes réseaux professionnels Rapport d’activité


Téléchargez la brochure institutionnelle


La genèse d’un centre culturel de rencontre

Henry Goüin et André Malraux

Après le rachat de l’abbaye par Jules Goüin, Royaumont fut pendant plus de trente ans une résidence de plaisance. Elle hébergea temporairement un hôpital de guerre, entre 1915 et 1919, confié au Scottish Women’s Hospital.

En 1936, avec le soutien de la Revue musicale, son petit-fils Henry Goüin décida d’ouvrir les portes de l’abbaye à des concerts publics.
Puis en 1938, il inaugura avec son épouse, Isabel Goüin-Lang, le « Foyer de l’abbaye de Royaumont », destiné à offrir le « loisir de méditer – éventuellement de créer – à ceux que trop souvent les difficultés matérielles de la vie contraignent à vivre dans des lieux dont la beauté et la poésie sont absentes […]* ».

Vingt-six ans plus tard, en 1964, le projet sera pérennisé sur le modèle des fondations privées américaines, avec le soutien d’André Malraux. Dotée de l’abbaye et de son parc dont elle est désormais propriétaire, la Fondation Royaumont (Goüin-Lang) pour le progrès des Sciences de l’Homme était née.

Elle préfigurait aussi le modèle des Centres culturels de rencontre formalisé par Jacques Rigaud en 1972, autour de l’idée de la remise en vie d’un patrimoine monumental ayant perdu sa vocation initiale par un projet culturel permanent, dont la Fondation Royaumont fut l’un des cinq membres fondateurs. Cette initiative fut soutenue par Jean Salusse, directeur de la Caisse des Monuments historiques, et Jacques Duhamel, alors ministre de la Culture.

Depuis plus de 55 ans, la Fondation œuvre au service de projets culturels, comme le relatent les deux livres publiés à l’occasion de son cinquantenaire : Le cas Royaumont et La dynastie Goüin & l’abbaye de Royaumont.

* Discours d’Henry Goüin, in Bulletin de l’Ecole Bossuet, juin 1955, p. 24-30


Le modèle économique

Henry et Isabel Goüin

Née de l’intuition d’un couple d’industriels philanthropes et mélomanes, la Fondation Royaumont fut un modèle avant-gardiste d’entreprise culturelle combinant subventions publiques, mécénat privé et ressources propres.

Fondées sur une véritable relation de confiance avec l’État, la Région Ile-de-France, le Département du Val-d’Oise et désormais les intercommunalités, les aides publiques représentent aujourd’hui 31 % des ressources d’exploitation de la Fondation.

Grâce aux entreprises mécènes, dont celles regroupées au sein du Comité Henry Goüin, aux fondations familiales et aux particuliers philanthropes (les grands donateurs du Cercle Saint Louis et l’Association des amis de Royaumont), le mécénat finance 14 % du budget d’exploitation, soit 52 % des activités artistiques.

La Fondation Royaumont cultive également cet esprit de rencontre avec le monde économique et intellectuel à travers sa politique dynamique d’accueil d’entreprises industrielles et commerciales, et d’organismes scientifiques. Les séminaires résidentiels, journées d’étude, soirées événementielles et autres conventions internationales s’appuient sur les prestations intégrées d’hôtellerie et de restauration. La Fondation, avec plus de 60 collaborateurs, gère en effet l’ensemble des activités présentes sur le site.

Les visites de l’abbaye, la billetterie de son Festival et les coproductions artistiques contribuent également au financement des missions de la Fondation.

Sa stratégie de diversification maximale des ressources assure à la Fondation indépendance et pérennité de son action.


Le conseil d’administration

Emmanuel d’André, Président d’honneur

Aldo Cardoso, Président

Antoine Mory, Trésorier


Samira Aidoud, Conseillère Régionale d’Ile-de-France

Pierre Clause, Président de l’Association des amis de Royaumont

Gilles Demonet, directeur de l’Institut de recherche en musicologie, représentant du CNRS

Daniel Desse, Conseiller départemental du Val d’Oise

Gérard Lambert-Motte, Conseiller départemental du Val d’Oise

Jean-Yves Larrouturou, membre à titre personnel

Anne-François de Lastic, représentant la famille des fondateurs

Sophie-Caroline de Margerie, Conseillère d’Etat

Laurent Roturier, Directeur de la DRAC Ile-de-France

Cédric Sabouret, Conseiller Départemental du Val d’Oise

Amaury de Saint-Quentin, Préfet du Val d’Oise

Lucia Sinapi-Thomas, membre à titre personnel

Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la création artistique

Bruno Turbat, Président du Comité Henry Goüin

Hélène Vareille, membre à titre personnel

Chantal Villalard, Conseillère Départementale du Val d’Oise


Les réseaux professionnels


La Fondation Royaumont n’a jamais voulu mener ses activités de manière isolée ni enfermer dans un système autarcique les initiatives qu’elle engage et l’expérience qu’elle acquiert. Elle souhaite au contraire :

  • donner aux actions qu’elle entreprend un prolongement et une efficacité plus grands que ce qu’elle pourrait seule assurer,
  • faire partager les convictions et les idées qui fondent son action,
  • nourrir ses propres réflexions par un échange avec d’autres, en France et hors de France,
  • s’associer à des initiatives culturelles ayant une communauté d’objectifs avec elle et pouvant enrichir sa propre action.

La Fondation Royaumont est membre de :

› Admical (carrefour du mécénat d’entreprise)
› Association des Centres Culturels de Rencontre (réseau européen des centres culturels installés dans des monuments historiques)
› Association Parcs et Jardins de l’Oise
› Association Parcs et Jardins de Picardie
› Association Pays de Roissy -CDG
› Association Européenne des Conservatoires
› Association Internationale des Bibliothèques Musicales (AIBM)
› Association Jardins et Châteaux autour de Paris
› Association Parcs et Jardins du Val d’Oise
› Association Roissy Développement
› Centre français des fonds et fondations
› Charte européenne des abbayes cisterciennes
› CNV (centre national de la chanson, des variétés et du jazz)
› Comité Régional du Tourisme (Paris Région)
› Festival Ville des Musiques du Monde
› France Festivals
› Futurs Composés, réseau national de la création musicale
› Profedim (syndicat professionnel des producteurs, festivals, ensembles, diffuseurs indépendants de musique)
› REMA (réseau européen de musique ancienne)
› Ulysses, a European odyssey for young artists

Rapport d’activité

Rapport d’activité 2019

Téléchargez le rapport d’activité 2019

ou feuilletez-le


Feuilletez la brochure institutionnelle


Ouvert 365j/an Visite tous les jours